Il est 6h59, il y a de la musique, des kayakistes rassemblent des nageurs et près de 2500 athlètes Ironman qui marchent au bord de l’eau ou qui se tiennent sur la plage attendent anxieusement de commencer une très grande et très longue journée.

À 7 heures du matin, le canon se déclenche: BOOM!

Et ainsi commence peut-être le spectacle le plus unique de tous les sports d’endurance : le départ de natation Ironman.

Près de 2500 corps et 5000 bras et jambes brassent l’eau pour donner le coup d’envoi à une journée de 226 km !

Voici nos conseils pour survivre et exceller au célèbre Ironman.

***

Positionnez-vous au bon endroit

Beaucoup de personnes rapides se positionnent directement sur la ligne des bouées.

Beaucoup plus de personnes se placent aussi loin que possible de ces personnes rapides, aussi loin que possible de la ligne des bouées.

De ce fait, le milieu de la ligne de départ est souvent moins encombré que prévu.

Par conséquent, nous vous recommandons généralement de vous positionner au milieu de la ligne de départ, puis de vous répartir entre des personnes nageant entre 2 à 4 minutes plus rapidement que vous.

Par exemple, si vous vous attendez à nager un 1h10, trouvez des personnes qui vont nager en 1h05 à 1h08.

Selon notre expérience, il est préférable de nager au milieu de nageurs un peu plus rapides plutôt que de jouer le timide dès le départ. Si vous-vous semez autour de nageurs beaucoup plus lents, vous devrez traverser de nombreux nageurs pendant plus de la moitié de la course. Ce qui n’est pas non plus évident !!

***

Nagez en fonction de vos capacités !

La différence entre nager «vite» et nager «facile» est généralement de 2 à 4 minutes sur l’épreuve de natation sur une épreuve globale qui va durer entre 11 et 17 heures.

La conclusion qui saute aux yeux !

Il ne faut tout simplement pas dépenser une énergie de dingue pour gagner 4 minutes !

Au lieu de cela, concentrez-vous sur votre nage et réalisez cette première épreuve aussi facilement et efficacement que vous savez le faire.

Nagez avec votre meilleure technique possible et nagez à une allure qui vous permettra de ressortir frais en T1 !

*

Vous pouvez lire cet article pour approfondir le sujet :5 étapes pour maîtriser vos battements lors de votre prochain triathlon

*

Il est utile d’avoir des “petits trucs” personnels sur ce qu’est une bonne forme pour vous ou des indicateurs de mauvaise forme.

Pour certaines personnes, le nombre de respirations (nager en 3 ou 4 temps) est une bonne mesure.

D’autres préfèrent se concentrer sur l’effort perçu.

Quoi que vous choisissiez, sachez qu’il est temps de ralentir si vous commencez à sentir votre forme et votre énergie commencer à vous abandonner…

***

Gardez la tête et votre vision claire de votre objectif

Avec plus de 2500 personnes qui se disputent dans un petit espace, essayant tous d’aller dans la même direction, les départs en natation d’un triathlon pourraient bien être la définition même du chaos.

Il est donc compliqué de garder la tête froide et focus sur vos objectifs que vous vous êtes fixés au préalable !

Maintenez votre concentration en gardant la tête dans la “boîte” de ce que vous pouvez contrôler :

  • Dans la boîte : position de la tête ; respiration ; rotation du corps ; mouvement des bras; tirez ; tous vos indices de forme. Ce sont des choses que vous pouvez contrôler. Concentrez-vous sur ces choses là !
  • Hors de la boîte : tout contact que vous rencontrez ; le rythme des autres athlètes. Fondamentalement, tout ce qui détourne votre attention de votre objectif.

L’outil simple que vous pouvez utiliser pour garder la tête dans la boîte consiste à compter vos coups : Gauche, Droite, Gauche, Droite, 1, 2, 3, 4.

Continuez à compter jusqu’à perdre votre compte, puis recommencez. Le simple fait de compter les coups de bras ramènera votre tête dans la boîte de ce que vous pouvez contrôler, vous permettant ainsi de laisser tomber les éléments perturbateurs en dehors de votre boîte. Essayez, ça marche.

***

Gardez la tête levée au minimum

Vous soulevez généralement la tête pour garder les pieds des autres concurrents en vue (si vous êtes en train de dévier) ou pour avoir un oeil sur les bouées. Cependant, chaque fois que vous soulevez la tête, vous laissez tomber vos pieds et vos hanches, ce qui dégrade votre style de nage et donc augmente votre fatigue !

Voici ce qu’il faut faire:

Déviation : Ne pensez pas trop au “drafting” comme disent nos amis anglo-saxon lors d’une course Ironman, restez focus sur vos objectifs et ce que vous avez travaillé si dur à l’entraînement.

Navigation : Avec 2500 personnes nageant toutes dans la même direction, il y a beaucoup de personnes à suivre. Gardez les autres nageurs à vos côtés et vous pouvez réduire la fréquence à laquelle vous devez lever la tête vers l’avant pour regarder les bouées.

*

Pour compléter cet article vous pouvez également lire celui-ci :5 séries pour construire votre entraînement en endurance en natation

*