L’entraînement en résistance est un mode courant en travail à sec pour améliorer ses performances dans l’eau.

Malgré le manque de corrélation entre le travail à sec et le travail dans l’eau, de nombreux programmes ont connu un succès anecdotique avec l’entraînement en résistance.

Cela est probablement dû aux méthodes médiocres qui établissent une corrélation entre la résistance dans l’eau et aux programmes d’entraînement en résistance.

De plus, la plupart des études comparant l’entraînement en résistance ont un manque de spécificité sportive, peut-être la principale raison du manque de transfert.

De nombreux programmes à sec englobent la pliométrie dans une combinaison d’entraînement en résistance avec le désir d’accroître la force et la vitesse.

Les secrets d'une nage
efficace

Regardez ma formation GRATUITE sur le crawl sans même rentrer votre email

«Le but de cette étude était d’examiner l’effet de cinq méthodes différentes d’entraînement en force caractérisées par leur vitesse, leur déplacement et l’utilisation de techniques traditionnelles par rapport aux techniques balistiques (L’entrainement balistique est un type de soulevé de poids caractérisé par des mouvements dans lesquels les athlètes essayent d’appliquer la force maximale à la résistance avec pour but de le soulever, déplacer ou projeter le plus vite possible.) sur la force et la performance en sprint (Villarreal 2012)».

******

Ce qui a été fait

Les cinq programmes de formation différents duraient 7 semaines (21 séances).

Le test préliminaire comprenait : des mesures anthropométriques; performance de sprint; force maximale (1 Répétition Maximale); et la vitesse de déplacement pendant la phase concentrique du full squat (FS).

Il y avait douze participants actifs dans chaque groupe.

Les groupes étaient:

1-  tout type de formation (groupe A)
2-  méthodes traditionnelles de résistance lourde en FS non balistique (groupe B)
3- méthode d’entraînement en force axée sur la puissance au moyen d’une méthode non balistique (groupe C)
4- méthode d’entraînement en force axée sur la force au moyen de la balistique (groupe D)
5- méthodes pliométriques basées sur des sauts continus à contre-mouvement (CMJ; groupe E)

******

Résultats :

Au départ, aucune différence significative n’a été observée entre les groupes.

Tous les groupes ont significativement amélioré leur force maximale, le groupe combiné présentant des améliorations de force légèrement supérieures.

Aucun groupe n’a indiqué d’amélioration significative des performances de sprint.

******

Discussion :

Ces résultats suggèrent que la force et les activités pliométriques n’entraînent pas une course plus rapide chez les participants entraînés, ce qui indique qu’une amélioration de la force en Full Squat  ne se traduit pas par une amélioration des performances du sprint.

******

Implication pratique :

Cela indique que ces formes d’entraînement ne sont pas transférées en course à pied, ce qui rend difficile d’imaginer un transfert en natation similaire à celui d’autres études de recherche sur l’entraînement en résistance.

******

Référence :

  1. Sáez de Villarreal E, Requena B, Izquierdo M, Gonzalez-Badillo JJ. Enhancing sprint and strength performance: Combined versus maximal power, traditional heavy-resistance and plyometric training.J Sci Med Sport. 2012 Jun 21. [Epub ahead of
    print]
Mehdi

Mehdi

La personne qui a rédigé cet article avec amour !

Cet article a été rédigé en 74 minutes et 3 cafés par Mehdi qui est le créateur du site Natation Facile.
Maniaque de l‘analyse technique et du renforcement musculaire j’ai pour unique but d’améliorer vos performances sportives !
Si vous avez apprécié cet article partagez le avec un ami ça prend 15 secondes et ça me ferait très plaisir 🙂

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge