Si vous suivez régulièrement mon contenu, que vous avez suivi mon programme gratuit, en tant que nageur intermédiaire, alors vous êtes devenu plus à l’aise en natation.

Vous avez appris à nager en crawl et à être efficace pour pouvoir participer à des triathlons.

Vous êtes au-delà de la phase de débutant, car vos temps sur des 1500 mètres à 3000 m sont cohérents et confortables – mais votre soucis est maintenant d’augmenter la vitesse.

******

Oubliez le geste parfait

Lorsque la plupart des adultes ont dans l’idée d’apprendre à nager, ils mettent l’accent sur le « geste parfait ».

Les secrets d'une nage
efficace

Regardez ma formation GRATUITE sur le crawl sans même rentrer votre email

Cela est vrai dans une certaine mesure à l’entraînement dans certaines phases, mais il va falloir à un moment donner adapter la nage à vous, votre morphologie, votre style.

Car en restant sur votre geste parfait, vous allez atteindre un plateau de vitesse.

Chaque fois que vous essayez de nager plus rapidement, votre geste semble se détériorer, le nombre de coups de bras lors de vos 25 mètres augmente et vous êtes à bout de souffle lorsque vous atteignez le mur.

Oui, au fur et à mesure que votre vitesse augmente, votre geste ne sera plus la même que lorsque vous nagez confortablement votre  1 000 mètres.

Attendez-vous à ce que votre mouvement soit différent lorsque vous nagez vite.

Lorsque vous essayez de nager plus vite lors des compétitions arrêtez de vous inquiéter à propos du geste parfait. C’est à l’entraînent qu’il aurait fallu s’en soucier. Pas à la compétition.

***

Juste nager vite

Une bonne technique de natation est importante, mais si vous regardez un championnat du monde à la télévision ou regardez des vidéos sur Internet, vous constaterez que les nageurs rapides ne possèdent pas les mêmes techniques et le même geste.

Vous devez développer un mouvement le mieux adapté à votre cas et à votre anatomie.

Mais sachez que cela prend du temps.

Il est plus que probable que les meilleurs nageurs que vous connaissez ont passé des heures à la piscine pendant leur enfance. Je suis prêt à parier qu’un bon nombre d’entre eux ont passé beaucoup de temps dans l’eau à s’entraîner.

Mais également à chamailler et à jouer à divers jeux sans aucun autre soucis que de nager vite pour ne pas se faire attraper par son camarade, regarder qui pouvait marcher le plus longtemps dans l’eau, plonger récupérer des objets au fond de la piscine, voyant qui pouvait nager sous l’eau le plus loin et se livrer à d’autres activités de divertissement aquatiques.

Malheureusement, à l’âge adulte, peu d’entre nous ont le temps de jouer à la piscine pendant des heures et des heures.

Le temps est compté et vous ne pouvez pas demandé à vos collègues de travail, de venir jouer au loup touche touche avec vous à la piscine.

Mais vous pouvez appliquer la même philosophie à vos entraînements.

Lorsque vous commencez à nager rapidement dans la piscine, concentrez-vous à aller le plus vite possible.

Faites-en un jeu pour voir à quelle vitesse vous pouvez nager.

Commencez avec de courtes distances de nage rapide au début de votre entraînement une ou deux fois par semaine.

***

Ignorer le nombre de coups de bras

Quelque part sur le chemin de l’apprentissage de la natation, on vous enseigne à compter votre nombre de coups de bras. Mais certains prennent ça comme étant le Saint Graal du savoir nager. (On le prend en compte dans ma formation Nageur Performance mais vous verrez pour celles et ceux qui la suive, que nous intégrons une autre donner pour ne pas faire cette erreur…)

Ils ont développé la conviction que si le nombre de coups dépassait un nombre magique, disons 18 coups tous les 25 mètres, ils devaient réduire l’effort et la vitesse de nage jusqu’à ce qu’ils puissent en maintenir 18.

Pour ceux d’entre vous qui sont dans ce cas, permettez-moi de vous demander si vous êtes cohérent.

Si votre nombre de coups de bras / minute dépasse ou est inférieur à 90, réduisez-vous la vitesse ou la puissance ?

Ou bien visez-vous une vitesse ou une production d’énergie particulière et ignorez-vous le nombre de coups de bras par minute lorsque vous essayez d’aller plus vite ?

Qu’en est-il de la cadence de course ?

La même question s’applique ici. Si votre cadence est inférieure ou supérieure à 90 pas par minute, arrêtez-vous l’entraînement ?

J’en doute.

Lorsque vous êtes rapide, ignorez le nombre de coups et faites tout ce que vous pouvez pour nager plus rapidement.

Expérimentez pour trouver ce qui fonctionne pour vous.

***

Nager toute l’année

Comment pouvez-vous espérer aller plus vite et dépenser moins d’énergie dans la piscine si vous arrêtez de nager jusqu’à 12 semaines avant votre triathlon ?

J’ai entendu l’argument selon lequel il n’y a pas « beaucoup de vitesse à gagner en nageant pendant la saison creuse ».

Il y a de la vitesse à gagner et peut-être plus important encore, vous pouvez réduire l’énergie que vous mettez dans la natation si vous avez une base solide.

Si vous voulez améliorer votre nage, vous devez être dans l’eau toute l’année.

***

Rejoindre un groupe

Cela ne fait aucun doute, vous nagerez plus vite si vous avez d’autres personnes dans l’eau avec vous.

Essayer de suivre le rythme des autres nageurs aide à éliminer l’ennui de la natation et c’est motivant.

***

Apprenez d’autres techniques

L’apprentissage d’autres techniques comme le papillon, le dos et le brasse vous aide à améliorer votre « sensation dans l’eau ». (C’est d’ailleurs pour cela que j’ai mis en place les 4 nages dans ma formation Nageur Performance)

Vous entendrez souvent les nageurs parler de la perte de leur sensations de l’eau s’ils restent trop longtemps hors de la piscine. C’est exactement la même chose qui va se produire, si vous restez à faire toujours les mêmes exercices de crawl.

Apprendre d’autres mouvements, avoir d’autres sensations va améliorer votre crawl !

***

Augmenter la fréquence de vos entraînements en natation

Pendant la saison hivernale, vous pouvez maintenir votre forme physique en nageant plus de jours par semaine.

Si vous augmentez la fréquence de deux à trois jours par semaine, vous pourrez réaliser de solides gains.

Si vous atteignez un plateau en nageant trois jours par semaine, songez à augmenter vos entraînements de natation à quatre ou cinq jours par semaine pendant une semaine ou deux.

Cette stratégie est un bloc spécifique à la natation et vous réduirez la fréquence de cyclisme et de course pendant ce temps.

Vous voulez que la natation soit dans votre ligne de mire pendant un moment.

L’essentiel est que si vous voulez améliorer votre nage, vous devez consacrer du temps et des efforts à nager.

La bonne nouvelle est que, à mesure que vous développez vos habiletés de natation, comme pour la plupart des choses, il vous faudra moins d’effort pour maintenir un meilleur niveau de forme physique et de vitesse.

***

Dites moi dans les commentaires comment vous organisez vos semaines d’entraînement ! 

Mehdi

Mehdi

La personne qui a rédigé cet article avec amour !

Cet article a été rédigé en 86 minutes et 4 cafés par Mehdi qui est le créateur du site Natation Facile.
Maniaque de l‘analyse technique et du renforcement musculaire j’ai pour unique but d’améliorer vos performances sportives !
Si vous avez apprécié cet article partagez le avec un ami ça prend 15 secondes et ça me ferait très plaisir 🙂

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge