L’insuline, l’hormone qui fait grossir

Vous avez probablement déjà entendu parler de l’insuline. Cette hormone est principalement connue comme un remède pour le diabète de type 1.

Les personnes ayant ce type de diabète ne peuvent pas produire cette insuline à cause d’un pancréas partiellement ou totalement détruit. Les injections d’insuline aideront à éviter des hyperglycémies (taux trop élevé de glucose dans le sang).

Mais l’insuline n’aurait pas que des propriétés bénéfiques, comme l’aurait découvert des chercheurs de l’institut Max Planck en Allemagne.

Insuline, qu’est-ce que c’est ?

__________

L’insuline est une hormone (plus précisément un polypeptide, une chaîne d’acides aminés trop petite pour être appelée protéine) secrétée par les cellules β des îlots de Langerhans dans notre pancréas. C’est une hormone anabolisante puisqu’elle stimule les réactions chimiques de synthèse de molécules biologiques.

Elle joue un rôle très important dans le métabolisme des protéines, des lipides et des glucides en favorisant notamment l’absorption du glucose dans le sang.

Le glucose sera transformé en glycogène (réserve énergétique) grâce à l’hormone.

L’insuline permettra donc d’apporter de l’énergie aux muscles, au foie et aux cellules adipeuses (spécialisées dans le stockage des graisses).

L’hormone permet également d’inhiber la dégradation des protéines et de favoriser la captation des acides aminés.

__________

Sa face cachée

__________

Les chercheurs allemands ont découvert que l’insuline, en plus de son rôle dans le métabolisme énergétique, avait une influence dans la partie du cerveau appelée l’hypothalamus ventromédian. En effet, il semblerait que l’hormone, lors d’apport de graisses, inhibe certains influx nerveux afin de supprimer la sensation de satiété et donc de favoriser l’obésité.

Cette découverte a été confirmée en laboratoire sur des souris. Toutes les souris ont été nourries avec une alimentation riche en graisse. Les résultats sont frappants, les souris avec des récepteurs d’insuline défectueux sont restées mince alors que les autres souris ont pris du poids. Dès lors, nous comprenons pourquoi « manger gras fait grossir » est un dicton assez courant.

Pourtant, mis à part cet effet sur le cerveau, le sucre reste la principale raison de la prise de poids chez l’Homme.

__________

L’insuline, aussi à notre désavantage

__________

Cette hormone est parfaite pour réguler notre taux de glucose dans le sang puisqu’elle le transforme en graisse de manière efficace. Malheureusement (pour notre corps), notre mode de consommation a évolué de manière très brutale ces dernières décennies au point de devenir « trop » efficace. Nous sommes passés dans une société pro-consommatrice de sucre. On le retrouve partout et de manière bien trop élevé. Rien que dans un soda de 33 cl, vous trouverez en moyenne plus de 7 morceaux de sucre.

Or, lors d’une augmentation de sucre soudaine dans le sang, le taux de glycémie s’élève très rapidement. L’insuline devra alors réduire ce taux, ce qu’elle ne peut faire qu’en transformant le glucose en glycogène, et donc en réserve de graisse.

L’insuline tourne bel et bien à notre désavantage puisque la quantité de réserve d’énergie produite, par cette transformation, est généralement bien supérieure aux quantités d’énergie dépensées en une journée.

Ainsi, à moins d’être un sportif de très haut niveau et pratiquant des activités sportives très intenses et régulières, l’insuline porte bien son nom « d’hormone qui fait grossir ».

__________

L’importance de l’indice glycémique

__________

Cet indice, crée par un chercheur à l’université de Toronto, reste encore assez peu connu de la population puisqu’il est récent (1981). C’est pourtant un critère très important vu qu’il permet de comparer le pouvoir glycémique de chaque aliment.

Il est basé sur le taux glycémique, le taux de glucose dans le sang, ce qui comme nous l’avons expliqué plus haut, est directement lié à l’insuline. C’est donc par la même occasion un indice important concernant la prise de poids, sous forme de graisses.

En effet, plus l’indice glycémique sera élevé, plus le pic de glycémie sera important, résultant alors en une grande production d’insuline et donc de stockage de graisses.

[thrive_leads id=’4341′]

__________

Une société pro-féculents

__________

Grâce à cet indice glycémique, il a été très vite découvert que « manger moins gras et privilégier les féculents », comme conseillé par le programme national nutrition santé, est en réalité une grave erreur et contre-productif.

Les glucides sont donc vraisemblablement l’ennemi que nous devrions cibler et non plus ces fameux lipides. Il s’avère donc que, par exemple, les galettes de riz ou la bière ont un indice glycémique bien plus élevés que la pizza.

Ce qui est assez surprenant puisqu’on entend souvent dire que la pizza fait grossir énormément. Or, l’heure n’est pas vraiment à la mise en valeur des aliments à faible indice glycémique. Aujourd’hui, les industriels proposent avec fierté leurs produits très faible en lipide. De nombreuses entreprises fonctionnent sur le principe de raffinage intensif, ce que l’indice glycémique dévalorise considérablement.

C’est donc probablement pour cette raison qu’il reste encore fort inconnu de la majorité des consommateurs. Et il faudra malheureusement attendre pas mal d’années avant qu’il y ait un véritable changement des habitudes de consommation.

__________

Quels aliments proscrire ?

__________

Les aliments avec un taux glycémique le plus élevé sont généralement les plus raffinés, c’est à dire ayant subi de nombreuses transformations par l’Homme. Ainsi, le pain blanc, les corns flakes ou la bière possèdent un indice glycémique plus élevé que le sucre en poudre.

C’est donc principalement les produits blancs qu’il faut proscrire si vous ne voulez pas prendre de trop grosses réserves énergétiques et donc de poids. Ces produits blancs sont fabriqués à partir de sucre blanc et de farine blanche puis subissent de nombreuses transformation, augmentant ainsi au fur et à mesure leur indice.

__________

Quels aliments privilégier ?

__________

Pour éviter de donner trop de travail à l’insuline en ayant du glucose en trop grande quantité dans le sang, il faut se tourner vers des aliments plus simples et plus proches de la nature.

Des aliments naturels ayant subi le moins de transformations possibles puisqu’ils conviennent parfaitement à notre physiologie. Dès lors, une préférence pour les fruits, les légumes, les animaux et les graines serait grandement appréciée par votre corps.

Une alimentation plus basée sur ces produits « naturels » et moins raffinée permettrait une diminution considérable de la transformation de votre glucose en cellules adipeuses (responsable des réserves graisseuses).

Cela se traduira par une meilleure santé, une meilleure forme et une perte de poids considérable. Tout comme de meilleures performances sportives.

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge