muscler son cerveauSaviez vous que le sport et la nutrition vont vous aider à faire travailler vos méninges ! La maladie d’Alzheimer touche 5% de la population âgée de plus de 65 ans. 880 000 personnes concernées en France en 2011 dont 30000 âgées de moins de 35 ans. A partir de 85 ans, une personne sur 5 est directement concernée par la maladie d’Alzheimer.

Pour prolonger la vie de vos neurones, intégrez ces quelques habitudes de vie à votre quotidien.

Faites du sport !

Et oui l’activité physique ne fait pas gonfler que les muscles. Elle influe aussi sur vos cellules cérébrales. En effet, l’activité aérobie, joue un rôle prépondérant dans la neurogenèse (formation de cellules cérébrales). Ce qui signifie que tout effort de moyen ou longue durée à intensité modérée influera sur le développement de nouveaux neurones chez l’adulte.

Par quel procédé ?

Tout comme les autres organes, le cerveau va subir une augmentation du flux sanguin pendant un exercice physique. Ce qui va booster les cellules de votre cerveau et donc les faire fonctionner à un rythme plus élevé. Les fréquentes poussées sanguine au niveau de votre cerveau vont mettre en route ou en veille certaines gènes et ainsi le protéger des maladies tel que Alzheimer par exemple.

En réalité si on se réfère à l’étude réalisée par Henriette van Praag, de l’Institut national sur le vieillissement du Maryland, le sport va influer de trois manières différentes sur notre cerveau.

1/ Il dynamise la circulation sanguine

2/ Il améliore les taux de neurotransmetteurs.

3/ Il stimule la sécrétion de protéines faisant office de «facteurs de croissance du cerveau»

D’après ses travaux sur les souris montrent que la course accroît de 200 pour 100 la formation de neurones dans l’hippocampe.

Mangez du poisson

Votre grand mère vous le disait tous les vendredis, le poisson c’est bon pour la mémoire ! Et elle avait raison.

En effet, le poisson est riche en vitamine B.

Quel rôle à la vitamine B sur votre cerveau ?

La vitamine B9 s’impose comme la vitamine indispensable pour votre cerveau. Appelée aussi acide folique, la vitamine B9 participe au métabolisme des protéines et à celui du matériel génétique. Selon l’Agence française de Sécurité sanitaire des Aliments (AFSSA), « elle est impliquée dans la synthèse des neuromédiateurs qui jouent un rôle fondamental dans le métabolisme du cerveau et des nerfs ». Vous trouverez de la vitamine B9 dans les légumes verts à feuilles sombres (blettes, épinards…) et les fruits. Et en moindres quantités dans les fromages, les œufs, le foie, le pain et les pommes de terre.

Toutefois les vitamines B9 seules ne suffisent pas au bon développement des cellules cérébrales. A celles-là il va falloir rajouter la vitamine B12.

La consommation d’aliments riches en B12 procure une bonne protection contre la diminution de la masse cérébrale et peut même préserver la mémoire.

Antianémique, elle a sensiblement le même rôle que la vitamine B9. Foie de veau, d’agneau, de volaille, rognon de porc, cœur de bœuf, lapin, fruits de mer, crustacés, thon, hareng, sardine…

Buvez de l’eau

Notre cerveau est immergé dans un liquide à très forte contenance d’eau : le liquide céphalo-rachidien. Ce liquide permet d’apporter les substances nutritives et de drainer, donc d’éliminer, les toxines produites par l’activité cellulaire.

D’après certaines études, transpirer abondamment pendant 90 min entrainerait un vieillissement d’une année de votre cerveau. (étude réalisée par Matthew Kempton, de l’Institut de psychiatrie du King’s College, à Londres)

Toutefois, ce n’est pas la peine de s’alarmer, boire un ou deux verres d’eau suite à cette sudation ramène nos hémisphères à leur taille habituelle.

Mais une insuffisance hydrique de plusieurs jours ou de plusieurs semaines peut compromettre le rendement scolaire ou professionnel du fait de la diminution du liquide céphalo-rachidien. De ce fait, le cerveau n’est plus suffisamment alimenté et les toxines ont du mal à s’évacuer, ce qui engendre un effet nocif sur les cellules neuronales.

Entraînez votre cerveau

Le cerveau n’est pas un muscle ! Certes. Mais vous devez l’entraîner quand même. Faites chauffer vos méninges. On se rend compte que souvent on oublie les noms ou des mots rares.

Pas de panique vous pouvez entraîner votre cerveau à s’en rappeler. Comment ? C’est tout bête, il suffit de prendre quelques minutes de temps en temps pour faire des exercices mnémotechniques. Ou encore des mots croisés, sodoku…

Prenez le temps de dormir !

Le cerveau tout comme un muscle a besoin de repos. Pour se faire il va falloir dormir. Certaines personnes ne prennent pas le temps de dormir suffisamment pour pouvoir laisser au cerveau le temps de régénérer ses cellules.

Pendant le sommeil, le cerveau va éliminer ses propres toxines.

Vous pouvez facilement constater que le manque de sommeil influe sur le fonctionnement du cerveau. La privation de sommeil réduit les performances d’apprentissage, nuit aux performances dans les tests cognitifs et augmente le temps de réaction.

Vous savez maintenant comment faire pour muscler votre cerveau et ainsi préserver le plus longtemps possible la vie de vos neurones.

Faire su sport va vous permettre d’accroitre l’activité cellulaire au niveau de votre cerveau notamment, mais il va bien falloir penser à boire de l’eau pour le réhydrater suite à un effort de longue durée.

Il va aussi falloir penser à prendre de bonnes habitudes pour pouvoir rester performant intellectuellement. Par exemple penser à boire le midi. Car beaucoup de personnes mangent un sandwich, un café et repartent travailler…

Pensez à vous hydrater même lorsque vous ne faites pas d’effort physique. Mangez du poissons et autres aliments riches en vitamine B9 et B12. Pour finir, pensez à dormir afin que votre cerveau puisse éliminer ses propres toxines plus efficacement.

Et vous comment musclez-vous votre cerveau ?