La position du corps est considérée comme une variable importante pour la performance en natation. Cependant, la position du corps est généralement considérée comme une position statique en nage libre, malgré des ondulations notables lorsque l’on observe de nombreux nageurs de demi-fond.

Peut-être plus important encore, le travail externe dépend des modifications de la position et de la vitesse du centre de gravité (CG), généralement exprimées par la variation de la vitesse intracyclique (IVV). En termes simples, plus la valeur IVV est élevée, plus il faut travailler pour nager rapidement. Par conséquent, il est essentiel de comprendre les modifications de l’IVV au cours d’une course pour comprendre l’évolution de l’effort requis pour maintenir une vitesse spécifique.

Figueiredo et al. visait à évaluer la VCI tridimensionnelle du CG pendant une épreuve de nage libre maximum de 200 m pour analyser:

a) ses variations au cours de l’événement lorsque la fatigue se produit;

b) sa relation avec les changements de vitesse pendant une course; et

c) la cinématique de la main qui l’influence de manière significative.

Le test qui a été réalisé

10 nageurs de haut niveau (meilleur temps libre moyen au 200 m, 1:47) ont été libérés enregistrés sur un 200m nage libre. Six caméras vidéo synchronisées ont enregistré l’événement et un cycle complet de course du bras (au milieu de la piscine) sans respiration a été enregistré pour chaque 50 m.

Résultats

Ces nageurs ont maintenu une IVV (plans x, y et z) stable pendant en crawl sur 200 m. De plus, la IVV était inversement proportionnelle à la vitesse horizontale. Par exemple, plus la valeur IVV est élevée sur les axes x et y, plus la vitesse horizontale est faible. La vitesse, la longueur et la fréquence des traits ont changé au cours de l’effort de 200 mètres.

Interprétation des résultats

Ces résultats suggèrent que la IVV peut fournir des informations sur l’efficacité des bras dans l’eau et peut potentiellement être utilisée pour des analyses de natation. Les différences de vitesse, d’amplitude et de fréquence des bras sont des signes probables des tentatives des nageurs pour stabiliser la IVV.

Implication pratique

Ceci suggère que le maintien d’une IVV faible et stable est corrélé à la nage à grande vitesse. Ces résultats suggèrent d’enseigner aux nageurs à maintenir une IVV faible pour réussir. Il existe diverses théories sur le maintien d’une faible IVV. Ce teste et les analyse que nous pouvons en faire estime que le maintien de la force continue pendant la course est la principale méthode permettant de maintenir une faible IVV.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge